Impact, de Ben H. Winters


Ça y est, l’astéroïde 2011GV1 – appelé aussi Maïa – va percuter la Terre de plein fouet. L’inspecteur Palace parviendra-t-il à résoudre son enquête avant la fin du monde ?

Ce dernier opus de la trilogie Dernier meurtre avant la fin du monde, de Ben H. Winters, est une véritable course contre la montre.

Palace quitte le confort d’une maison de flics planquée dans les bois pour sillonner les routes d’un univers sans foi ni loi à la recherche de sa sœur Nico. Accompagné de son chien et d’un garde du corps peu recommandable, il se retrouve dans le commissariat de police de Rotary, une petite ville de l’Ohio. De là, il va tenter de remonter la piste de sa sœur qu’il a laissée avec une bande de jeunes allumés persuadés qu’ils peuvent sauver la planète.

Ce troisième volume clôture la trilogie de Ben H. Winters, et cette fois, c’est sûr, Maïa va faire exploser notre monde en miettes. À moins qu’il ne reste un ultime espoir ?

J’aime ce doute entretenu au fil de la série, ces deux façons d’envisager l’inévitable :

  • d’un côté, Hank Palace, qui accepte l’information, continue son boulot coûte que coûte et rationalise chaque événement afin de mieux l’appréhender
  • de l’autre, sa sœur Nico, qui refuse en bloc, se fout de ce que le monde entier pense et se battra jusqu’au bout pour trouver une solution

Les nouveaux personnages dépeints par Winters sont toujours aussi percutants, à vif. La folie du désespoir transpire de leurs pores et des paysages alentours. Les villes sont dévastées, les champs et les bêtes laissés à l’abandon, l’eau potable et les vivres se font rares. Chaque rencontre peut tourner au cauchemar.

Se laisser aller au désespoir et en finir une bonne fois pour toutes, se confiner dans des bunkers en espérant résister à l’impact, profiter à tout prix de ses derniers instants de vie… Chacun essaie de résoudre une impossible équation qui nous entraîne dans des questionnements existentiels.

Quant à Palace, le narrateur de cette ultime enquête, il est de plus en plus abîmé, usé physiquement et mentalement, mais il ne lâche pas le morceau, comme à son habitude. On a envie qu’il retrouve sa sœur, on a envie qu’il s’en sorte, on a envie que cette foutue météorite ne vienne pas tout exploser.

La trilogie Dernier meurtre avant la fin du monde est bouclée avec brio et poésie, en un mélange de délicatesse et de sensations à l’état brut.

–> Retrouvez ma critique sur fantastinet !

Merci à Thierry pour m’avoir fait découvrir ces trois enquêtes apocalyptiques  🙂


La trilogie de Ben H. Winters

Mes critiques

Tome 1 : Dernier meurtre avant la fin du monde
Tome 2 : J-77
Tome 3 : Impact

Premières phrases

Tome 1 : Dernier meurtre avant la fin du monde
Tome 2 : J-77
Tome 3 : Impact

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *