Auto-édition sur Amazon


Quand on me demande où l’on peut trouver mes textes, je suis toujours ennuyée. Mes histoires sont dispatchées chez plusieurs éditeurs. Certains d’entre eux ont même mis la clef sous la porte.

1. Mon intention

Je me suis donc dit que j’allais tester l’auto-édition numérique. Pourquoi ? Pour pouvoir continuer à partager mes textes de façon simple.

J’ai déjà eu une première expérience il y a quelques années avec des plates-formes comme Lulu et le format ePub. Aujourd’hui, je préfère passer par Amazon, car je veux rassembler au maximum mes textes et c’est là que Caroline Bissonnette et moi avons publié notre album pour enfant : De l’autre côté.

Mes textes seront donc édités au format Kindle d’Amazon et pourront être lus :

2. Deux ou trois choses techniques

Pour publier sur Amazon, il faut se connecter à la plate-forme KDP (Kindle Direct Publishing).

Ensuite, on peut aller au plus simple en suivant un tutoriel vidéo. Il y en a des tonnes sur youtube, comme celui-ci qui vous donne la démarche à suivre en 6 minutes.

On peut aussi creuser un peu et se poser des questions existentielles. Je me suis appuyée sur deux sites d’auteurs avant de me lancer. Chacun explique sa démarche et donne des conseils techniques sur la création et la vente de livres numériques. Il s’agit de :

Jean-Claude Dunyach aborde tous les aspects techniques de la création d’ebooks au travers de plusieurs pdf :

  • Il débute par les avantages et les inconvénients de se lancer dans l’aventure.
  • Il parle ensuite des contrats, de la déclaration d’impôts et de la gestion des droits.
  • Puis explique en détail comment fabriquer un livre numérique.
  • Et enfin, il montre comment vendre sur la plateforme Amazon.

Jacques Vandroux, quant à lui, explique son parcours sur Amazon. Il livre un témoignage sur son expérience d’auto-éditeur, tout en partageant sa réflexion sur des points techniques comme KDP Select.

3. C’est pour bientôt !

Après avoir longtemps étudié la question, j’ai finalement décidé de démarrer l’aventure avec l’un de mes textes dont l’éditeur a fermé. Une nouvelle d’une grosse vingtaine de pages (9800 mots environ) qu’il fera bon de lire pour Halloween.

Sanglante à souhait.

Le temps de régler quelques détails techniques et je reviendrai vers vous, chers lecteurs, pour vous annoncer une réédition numérique à vous faire froid dans le dos.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *