écriture


Ecrire un roman et se faire publier, de Bob Mayer (Eyrolles) Encore un auteur américain (prolifique si j’en crois ses 50 bouquins au compteur) que je ne connaissais pas avant de lire sa « méthode ». Son livre est clair, bien organisé, facile à lire. La mise en page est agréable, ce […]

Critique : Ecrire un roman et se faire publier


1
Comment écrire de la fantasy et de la science-fiction, d’Orson Scott Card (Editions Bragelonne) Orson Scott Card est l’un de mes auteurs fétiches de science-fiction et de fantasy. Ce livre-là, je l’ai dévoré comme les autres parce que l’auteur raconte sa façon de faire. Il parle au lecteur comme je […]

Critique : Comment écrire de la fantasy et de la ...


Créer des personnages inoubliables, de Linda Seger (DIXIT Editions) Dès que je l’ai eu entre les mains, j’ai été rebutée par les pages de publicité essaimées en fin de chapitre et sur les couvertures, et par la mise en page avec une marge intérieure pas assez large, ce qui force […]

Critique : Créer des personnages inoubliables



150 questions sur l’édition, de Marc Autret (Editions L’oie plate)   Il s’agit d’une sorte de mini-encyclopédie sur l’édition, écrite à partir d’articles publiés dans le bimestriel Ecrire&Editer. Elle est éditée chez L’oie plate : L’Observatoire indépendant de l’édition pour les auteurs très exigeants.Ce n’est donc pas un livre pour […]

Critique : 150 questions sur l’édition


Mes secrets d’écrivain, d’Elizabeth George (Presses de la Cité)   Elisabeth George écrit des romans policiers, best-sellers aux Etats-Unis parait-il. Personnellement, je n’en ai lu aucun, mais elle a réussi son coup car en lisant Mes secrets d’écrivain, elle m’a donné envie de lire au moins une de ses fictions. […]

Critique : Mes secrets d’écrivain


L’anatomie du scénario, de John Truby (Editions Michel Lafon – nouvelle édition) John Truby est un scénariste qui travaille pour les grands studios américains : Disney, Fox, HBO… Ce livre s’adresse à tout ceux qui veulent concevoir une histoire sous quelque forme que ce soit. On parle donc bien là […]

Critique : L’anatomie du scénario